Œuvres complètes bilingues de Pèire Cardenal

XLII
Aissi com hom plainh...

( Planh. )
- vers 1204 -1208 -
( Complainte )

I

Aissi com hom plainh son fill o son paire
O son amic quan mortz lo i a tolgut
Plainh ieu los vius qui sai son remazut,
Maint deslíal, felon e de mal aire,
Mensongier, truan,
Cobes, de mal plan,
Raubador, lairón,
Jurador, tiran,
Abric de trachórs,
On díables réinha
C'aissi los enséinha
Com hom fai enfan
E lor met denan
So per que Dieus los soan.

1

De même qu' un homme se lamente
quand la mort lui a enlevé fils, père ou ami
moi, je plains les vivants ici-bas demeurés,
déloyaux en grand nombre, félons de mauvaise lignée,
mensongers, fripons,
cupides mal intentionnés
pillards, voleurs,
blasphémateurs, barbares,
et protecteurs de traîtres,
chez lesquels demeure le diable
qui les instruit
de l'œuvre de chair
et leur met en tête
ce pourquoi Dieu les écarte.

II

Tot home plainh quant es glotz e raubaire,
E plainh lo fort quan trop o a tengut,
E plainh lo fort quar hom non l'a pendut;
E plainh lo fort quar es trachers e laire.
Non plainh quar morran
Mas quar vivon tan
Li malvatz gloton,
E plainh quar auran
Heres sordeiors.
Tan fan mal enseinha,
Cil cui Dieus esteinha,
Que si gaire estan
En aissi obran
Festa farem quan morran.

2

Je plains tout homme avide et voleur;
je le plains fort s'il a trop longtemps agi ainsi,
je le plains fort si on ne l'a pas pendu,
je le plains fort car il est traître et larron.
Je les plains non parce qu'ils mourront
mais parce qu'ils vivent tant,
ces vils misérables,
et je peste de ce qu'ils doivent avoir
des héritiers pires encore.
Ces gens donnent un si mauvais exemple,
- que Dieu les anéantisse ! -
que s'ils continuent quelque temps
à s'activer ainsi
nous ferons fête quand ils mourront.

III

Tot lo mon plainh, quar es fals o trichaire,
E quar son sen a camjat e perdut,
Que dels vicis cuion sían vertut
E dels mals ben, et es lur a veiaire
Que-l pro son blasman,
E-l malvatz prezan
E li avol bon,
E-l tort benestan
E l'anta onors.
Malfatz los enseinha,
Quar non vol qu'om teinha
Re que Dieus coman,
Mas que cascus an
Lai on li deslíal van.

3

Je plains le monde entier d'être fourbe et trompeur.
Les gens ont changé et perdu leur bon sens,
ils prennent les vices pour des vertus
et les maux pour des biens.
Il leur semble que les preux sont blâmables,
les mauvais estimables,
les vils bons,
les corrompus bienséants
et la honte honneur.
C'est le diable qui les enseigne,
car il ne veut pas qu'on observe
rien de ce que Dieu commande,
mais à l'inverse que chacun aille
là où vont les déloyaux

IV

E plainh quar quecs cuia valenz faitz faire
E-s feinh fort francs quan part pron a begut,
Mas qui los faitz fazía que fan tut
De la valor non calria retraire.
Lai cug que-ls engan
Le fals cugz que an:
Que del fag felon
Lor fai ferm semblan
Qu'es vera valors.
Genz cui Dieus desdeinha,
Cuidatz ves vos veinha
Bes per mal mazan
Ni pros per dar dan
De tort fait voletz grat gran.

4

Je trouve lamentable que chacun s'imagine
faire des actes de bravoure et être très estimable
quand il a bu plus que de raison.
Celui qui n'agit que selon l'ordinaire
ne devrait pas disserter sur la Valeur.
Je crois que leur fausse opinion
les égare très vilainement :
car ils pensent ferme
qu'acte félon est mérite véritable.
Gens que Dieu dédaigne,
vous figurez-vous qu'il vous vienne du bien
pour ce mauvais remue-ménage
ou du profit pour ce dommage?
Pour le tort commis vous voulez de la gratitude !...

V

Ar m'es semblans que mos chanz non val gaire,
Quar de mal dir l'ai ordit e tescut,
Mas de mal fueill non cueill hom leu bon frut
Ni d'avol fag bon plag no sai retraire.
Dels laitz fatz qu'il fan
Laitz ditz dic e chan
Josta la razon,
E del fel talan
Enic dic lo cors:
Quar m'es greu qu'eu peinha
L'error lor ni feinha,
Ni los an lauzan
Ni-l chan an dauran,
Mas per aital con seran.

5

À présent, il me semble que mon chant ne vaut guère,
car de mal dire je l'ai ourdi et tissé,
mais de mauvais feuillage on ne cueille pas aisément bon fruit
et, sur une misérable action, je ne peux faire de chant élogieux
Sur leurs vilains agissements
je dis et je chante de vilaines paroles
comme de raison,
et de leurs fourbes et malveillantes intentions
je dis le cours :
car il m'est pénible de farder
leur erreur ou de feindre,
de chanter leurs louanges
ou d'embellir mon chant,
sauf à les dépeindre comme ils sont.

VI

Mos chantars enseinha
De que hom si teinha
Ni qual fach soan
Cil que a talan
De valor e d'onor gran.

6.

Mon chant enseigne
de quoi on doit se garder
et ce que doit dédaigner
celui qui désire
mérite et grand honneur .


NOTES: "Très travaillé dans la forme, avec un emploi remarquable de l'allitération, ce sirventès développe brillamment un lieu commun de morale (il faut plaindre les méchants) , et se placerait très bien au début de la période toulousaine entre 1204 et 1208 (prédication de la croisade albigeoise). " (Lavaud)
 
[ Section 1 - Poésie amoureuse ] = [ Section 2 - Poésie politique ] = [ Section 3 - Poésie religieuse ] = [ Section 4 - Poésie morale ]
[ SOMMAIRE ] = [ Chronologie ] = [ Recherches ]